Projet democratiedirecte.net
  • Collaborer
  • Infolettre
  • Auteur
  • ScanURL
  • 130 pages   [?] Nombre total de pages A4 imprimables. Le nombre de pages par chapitre/article est affiché en haut à droite de chaque page (NB : pour les fichiers de plusieurs dizaines de pages ce nombre peut légèrement varier selon le navigateur).
democratiedirecte.net

> 6. Analyses Recommander Imprimer 3 pages màj : 4 juillet 2017

Règles de vie pour une citoyenneté active et responsable Recommander màj : 22 juin 2017

PLAN

  1. Les causes de notre passivité politique
  2. Que faire ?

iLes causes de notre passivité politique Haut

La TV est nocive

Pourquoi sommes-nous si passifs face aux exactions de l'insaisissable, mais pourtant bien réelle, classe dirigeante ? Nous payons pourtant très cher cette apathie : écarts de richesse hallucinants, flux migratoires massifs, terrorisme, pollution, ...

Pour nous libérer de "l'esprit d'abandon" il importe d'en identifier les causes. Fort de cette connaissance chacun pourra alors modifier efficacement son comportement en conséquence.

Lorsque l'on y réfléchit deux éléments viennent à l'esprit :

  1. La présence de la TV dans notre lieu d'habitation. Cet imposant appareil (cf. la taille de l'écran, le son ambiant et la situation centrale dans le living), qui fait de nous de passifs et spongieux spectateurs, nous inculque jour après jour une insidieuse propagande idéologique (politique, consumériste, ...). Ce conditionnement psychique est masqué sous l'apparence "d'informations" et de "divertissements" habilement conçus et vendus par des entreprises commerciales. Celles-ci conçoivent leurs produits sur base des recommandations de nombreux chercheurs (principalement états-uniens) dans les domaines du marketing et de la psychologie sociale. Enfin la principale source de revenu des TV - ainsi que des entreprise de "réseaux sociaux" - c'est la publicité, dont le but est de nous faire consommer le plus possible.
  2. Un système politique qui inhibe la participation. Il n'existe pas encore de véritable culture démocratique. Le système dit "représentatif" n'en est qu'une simulation, maintenant les citoyens dans l'impuissance et la passivité, et par conséquent dans l'absence de culture (praxis) politique [approfondir].

Dans la section suivante nous allons montrer que la réforme du système politique exige préalablement de nous libérer de l'emprise de la télévision car celle-ci nous influence dans une mesure bien plus profonde que nous l'imaginons.

Téléspectateur enchaîné

Que faire ? Haut

Virer la TV

Je puis témoigner que mon comportement fut rapidement et spectaculairement transformé à partir du moment ou j'ai balancé la TV dans un conteneur à détritus.

Le premier effet fut de renoncer à la propriété d'une voiture. La motivation n'était pas seulement de nature écologiste (la fabrication et l'utilisation de voitures sont des facteurs majeurs de pollution). Il s'agissait également de réduire ma dépendance à l'argent, et ainsi au travail nécessaire pour obtenir cet argent. En effet l'achat, l'utilisation (essence) et l'entretient d'un véhicule constituent une partie importante du budget de la plupart des ménages.

En conséquence j'ai également adapté mes choix de lieu de résidence et de travail à cette nouvelle donne : ne me déplacer qu'en transports publics (train et bus).

Enfin ma moindre dépendance au travail économique (celui qu'on réalise pour payer tout ce que la TV nous incite à acheter) m'a permis d'accroître ce que j'appelle le travail politique : lire des ouvrages ou articles scientifiques, participer activement à la conception et à la création de la démocratie directe, ...

Et vous ?

Il y a une forte probabilité que vous partagiez mon point de vue en théorie ... mais pas en pratique. Force est de constater chez nombre de nos concitoyens une haute capacité à imaginer une kyrielle de "raisons" (professionnelles, familiales, ...) pour "justifier" de ne renoncer ni à la TV ni à la voiture. À noter que les enfants sont systématiquement invoqués, alors que le rôle éducatif des parents devrait normalement inciter à montrer le bon exemple plutôt que le mauvais. Ainsi nous ne renonçons pas seulement à notre responsabilité de citoyen mais également à celle de parents (PS : la consommation de TV par les parents diminue-t-elle lorsque les enfants ont grandi ?).

Dépendance. Nombreux sont les consommateurs de TV qui se surestiment en se convaincant qu'ils sont capables de "faire le tri" et que ce sont (bien évidemment) les autres qui sont influençables, mais pas eux. La TV agit donc bien comme une drogue, on observe les mêmes processus de résistance que chez les drogués lorsqu'il s'agit de se libérer de leur dépendance. C'est que l'absence de TV nous confronte au vide existentiel caractéristique de nos sociétés modernes et "développées" [exemple].

La contradiction entre déclarations d'intention et actes se traduit logiquement par des comportements compensatoires dont la fonction réelle est de se donner bonne conscience : signature de pétitions et participation à des manifestations, malgré leur notoire inefficacité.

Une nouvelle
culture

Il ne faut donc pas se faire d'illusion : le pourcentage de la population qui est disposé à changer son mode de vie pour se libérer du consumérisme est probablement infime. Pour s'en rendre compte lisez les réactions à un commentaire que j'ai posté sur la page Facebook du réalisateur Bouli Lanners, qui en juin 2017 s'est positionné comme "leader d'opinion" dans le cadre d'une manifestation pour la sortie du nucléaire : lire.

Il y a donc un travail de conscientisation à réaliser. Précisons qu'il ne s'agit aucunement de rejeter le progrès technologique, mais seulement de ne pas accepter systématiquement tout ce que les médias nous présentent comme étant un "progrès". Il y a des choix à faire. En ce qui me concerne je n'ai ni télévision, ni voiture, ni de smartphone (la simple observation du comportement de leurs utilisateurs - formatés par la TV, agressifs et polluants en voiture, autistes dans leur smartphone - suffit à m'en dissuader). Par contre j'ai un ordinateur portable (sur lequel j'ai installé le système d'exploitation libre Linux Debian), ce qui me permet de produire de l'information (vous êtes en train de la lire) et de réduire le nombre de mes déplacements (télétravail).

Envoyez vos à l'auteur.
 
x

Pour recommander à des amiEs

  1. sélectionnez l'adresse de cette page :
  2. copiez (Ctrl+C)
  3. collez (Ctrl+V) dans votre message.